Une première année pour le réseau d’exploitations

Le nouveau réseau d’exploitations a démarré le 1er janvier 2017. Alors que le but du réseau testage était d’évaluer la qualité des jeunes taureaux, le nouveau réseau a pour objectif d’assurer la collecte des données nécessaires aux évaluations génétiques et génomiques.

Un total de 236 exploitations font partie du réseau. La taille moyenne des troupeaux est de 39 vaches.

Dans le courant du mois d’avril, la mise en valeur pour l’année 2017 a pu être effectuée. Pour cette première année, le géno­typage d’au moins la moitié des veaux n’a pas été pris en compte comme condition de pour profi­ter des bénéfices. Etant donné que ce service est encore assez nouveau, seules 12% des exploi­tation remplissent les conditions alors que qu’un tiers a déjà com­mencé à génotyper. L’enregis­trement des inséminations dans les 2 semaines, n’est pas pris en compte non plus dans le calcul des conditions. Le calcul de cet in­tervalle pour 2017 ne pouvait pas toujours être calculé de manière précise. Ce problème est résolu et cette condition sera prise en compte pour l’évaluation 2018.

La participation à la collecte des données est très réjouissante. La participation a dépassé 70% pour tous les critères, y compris les données santé où un gros effort devait être fourni pour augmenter la participation. Pour tous les autres critères, la participation est même au-delà de 80%.

L’attribution des bénéfices aux exploitations, dès le 1er mai 2018, pour la période allant de mai 2018 à avril 2019 sera la suivante. Pour les exploitations remplissant les conditions pour les 6 critères, les rabais seront accordés sur tous les éléments. Pour les exploitations remplissant la condition pour les données santé et au moins 4 autres caractères, les rabais seront accordés sur tous les éléments, sauf l’enregistrement des veaux et le test Fertalys.

Pour 2017, 99 troupeaux (42%) ont rempli toutes les conditions. A ceux-ci, s’ajoutent 53 troupeaux (22%) ayant rempli 5 conditions dont les données santé. Pour cette première année du réseau, il y a donc près de deux-tiers des troupeaux qui collectent les données de manière satisfaisante.

L’objectif de l’année 2018 est d’atteindre un taux de génotypage bien plus élevé et d’intensifier le support aux exploitations pour la collecte des données.